Jeux de Mots


 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Hypotypose au goût de voyage

Aller en bas 
AuteurMessage
ChiCo
plume de faucon
avatar

Nombre de messages : 173
Age : 34
Localisation : Lyon ou Malakoff
Date d'inscription : 13/06/2006

MessageSujet: Hypotypose au goût de voyage   Dim 25 Juin - 13:25

Quatre volets pour un instant de vie.
Pour ceux qui veulent profiter encore plus de l'hypotypose, je peux leur envoyer les fichiers audio à écouter pendant la lecture.


__________

Onze heures trente-trois.
Voilà déjà plusieurs minutes que je suis assis sur ce banc dans l'attente de voir arriver mon train. Si je vous donnais l'heure de départ du train, vous pourriez dire que je suis trop stressé.
Mais il en est tout autre. Je prends autant de temps afin de pouvoir en profiter pour n'avoir rien à faire, et pour observer l'activité autour de moi. Tous ces gens que l'on ne connaît pas, qui vont à un endroit dont on ignore tout.

Le soleil d'été tente de percer un nuage qui semble lui donner du fil à retordre, mais il parvient tout de même à me réchauffer les pieds.

La dame des haut-parleurs annonce le passage d'un train voie C. La dernière fois qu'elle a annoncé le passage d'un train, je n'ai vu qu'une simple locomotive. Non, ce train là est bien réel. Il s'agit d'un ter. Un train type corail, comme on en connaît bien. Par contre, ce train qui ne devait que passer vient de s'arrêter. Un pigeon vient de se découvrir par dessus le toit rond et rainuré du train, et plus je le regarde, plus je me dis que ce train à la particularité d'être tout à fait quelconque.
Au près, l'on entend le battement d'ailes d'un pigeon au décollage, au moyen plan, probablement le vrai passage du train, celui qui ne devait pas s'arrêter et qui est finalement passé voie D au lieu de voie C, et au loin, quelques annonces qui ne passent peut-être plus au micro de l'iBook. Enfin, dans mon dos, les bruits de la circulation urbaine : klaxons, crissement de pneu, et autre pollution sonore de ce type.

J'attends voie B. Le prochain train censé partir de cette voie est annoncé à onze heures cinquante huit et il est à destination de Lyon Perrache. À l'instant, le train de la voie C, celui qui ne devait pourtant pas s'arrêter, vient de repartir au moment où un train est annoncé dans mon dos. Un TER qui va rejoindre les bruits de la circulation urbaine.

Face à moi, sur le quai C, les gens attendent leur train. Je ne sais pas où il va ni quand il y va mais ils sont là. Certains lisent leur journal, d'autres s'arrêtent devant le panneau de composition des trains sans en comprendre le sens, regardent les écrans divers pour s'assurer qu'ils sont bien sur le bon quai et vérifient pour la quatrième fois sur leur billet qu'il s'agit bien du même train. Chacun occupe le temps qu'il lui reste à sa manière. Le temps de faire cette description, un TGV est entré en gare derrière eux. C'est un TGV ancienne école. Ceux avec un seul étage. Propre. Lui a deux rames. Et du coup, c'est tout un affairement qui s'organise. Des gens sortent, descendent, montent, entrent, et voilà le TGV de onze heures cinquante-huit qui vient me cacher la vue. Celui-là est à deux étages, et je crois bien qu'il a fait saturer l'enregistrement. Nouvel empressement, mais plus près de moi pour cette fois ci. On entend des gens qui remercient chaudement les personnes qui les ont aidées, on entend des gens heureux de se retrouver. Un homme sort du train avec un ficus. Voilà un bagage bien singulier et amusant. Certains passent avec une poussette, ils sont nombreux d'ailleurs, d'autres, moins nombreux, ont un carton à dessin, un casque de mobylette, une béquille en guise de signal de ralliement. Voilà deux musiciens qui passent. L'un avec une guitare, l'autre avec un violoncelle. Et c'est au tour d'une famille dont la plus jeune fille, peut-être de six ans, a remarqué avec admiration que j'ai un mac, et avec laquelle j'ai échangé un sourire.
Mais tout est déjà fini. Les haut-parleurs annonce que le train repart, les portes se referment et déjà le quai s'est vidé de tous les gens qui y passaient il y a un instant. Il commence à peine à se remplir de ceux qui vont prendre le prochain train.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.chicoprod.com
clo
Admin
avatar

Nombre de messages : 1024
Localisation : In this curious place
Date d'inscription : 17/01/2006

MessageSujet: Re: Hypotypose au goût de voyage   Lun 26 Juin - 10:02

Juste par curiosité, le héros monte-t-il dans ce train ? Est-ce celui qu'il attendait ou pas ?

Sinon, petit instant de vie très sympa Wink



_________________
Il venait, en chantant, onze petites filles aveugles de l'orphelinat de Jules l'Apostolique - L'Ecume des Jours, Boris Vian
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pamplemoussebleu.blogspot.com
Peroline
Plume de Ptérodactyle
avatar

Nombre de messages : 590
Localisation : Gerland's road / Grenoble's bed
Date d'inscription : 13/02/2006

MessageSujet: Re: Hypotypose au goût de voyage   Lun 26 Juin - 11:45

Si j'ai bien compris, ma copine, le Dorian est allé à la gare avec son Mac (...) et il a écrit ce qu'il voyait à ce moment-là... Le héros, c'est lui, et il était pas là pour prendre ou attendre un train, non ?

Ou alors j'ai pas compris.
Ou alors c'est fait exprès, qu'on comprenne chacun ce qu'on veut. C'est un peu ça, l'imagination, non ? Smile


king
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://peroline.over-blog.com
ChiCo
plume de faucon
avatar

Nombre de messages : 173
Age : 34
Localisation : Lyon ou Malakoff
Date d'inscription : 13/06/2006

MessageSujet: Re: Hypotypose au goût de voyage   Lun 26 Juin - 13:18

Si j'attend bien un train.
Je ne vous livre pas tout de suite les textes suivants. Je vous laisse le temps de digérer ce bloc Smile Mais ça viendra très prochainement.

Après, c'est effectivement la part d'imagination que je laisse dans cette description ou tout semble figé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.chicoprod.com
clo
Admin
avatar

Nombre de messages : 1024
Localisation : In this curious place
Date d'inscription : 17/01/2006

MessageSujet: Re: Hypotypose au goût de voyage   Mar 27 Juin - 9:58

Peroline a écrit:
Si j'ai bien compris, ma copine, le Dorian est allé à la gare avec son Mac (...) et il a écrit ce qu'il voyait à ce moment-là... Le héros, c'est lui, et il était pas là pour prendre ou attendre un train, non ?

Ou alors j'ai pas compris.
Ou alors c'est fait exprès, qu'on comprenne chacun ce qu'on veut. C'est un peu ça, l'imagination, non ? Smile


king

Péroline, je ne suis pas tout à fait idiote huhu ! J'avais bien compris cela. Mais vu qu'il attend un train, j'ai cru que celui qui arrivait était le sien mais je ne savais s'il y montait ou non. C'est tout.



_________________
Il venait, en chantant, onze petites filles aveugles de l'orphelinat de Jules l'Apostolique - L'Ecume des Jours, Boris Vian
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pamplemoussebleu.blogspot.com
Peroline
Plume de Ptérodactyle
avatar

Nombre de messages : 590
Localisation : Gerland's road / Grenoble's bed
Date d'inscription : 13/02/2006

MessageSujet: Re: Hypotypose au goût de voyage   Mar 27 Juin - 14:47

clo a écrit:


Péroline, je ne suis pas tout à fait idiote huhu !

Hum... pardon ? Shocked
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://peroline.over-blog.com
ChiCo
plume de faucon
avatar

Nombre de messages : 173
Age : 34
Localisation : Lyon ou Malakoff
Date d'inscription : 13/06/2006

MessageSujet: Re: Hypotypose au goût de voyage   Mar 27 Juin - 18:54

__________

Voilà. Mon train qui devait arriver voie B n'a pas donné de signe de vie. L'enregistrement me permettra de savoir si j'étais à la rue lorsque l'annonce du changement de voie à été faite, où si de là oui j'étais, il n'a pas été possible d'entendre l'information.

J'étais tout à l'heure sur le quai, je suis maintenant redescendu dans la gare, planté sous le panneau des trains au départ afin d'être sûr que ce coup-ci, je ne le loupe pas.

Autant tout à l'heure, sur les quais, l'activité débordante était hypothétique face au calme qui régnait, autant dans cette partie de la gare, les rôles sont inversés.

J'ai en face de moi un chaussurier et sur la droite un établissement de vente de diverses publications périodiques et de confiseries en tout genre.

À ce niveau, l'activité est complétée par quelques personnes. On croise des hommes poussant de lourds chariots chargés de boissons à destination des distributeurs automatiques de rafraîchissements. Enfin on retrouve les personnes que l'on avait déjà croisées sur les quais. Les inquiets qui demande toutes sortes de renseignements aux contrôleurs bleus ou blancs, les musiciens guitaristes ou violonistes, et tous les autres dont j'ai déjà parlé.

Il est midi et un peu plus qu'et demie, on annonce un TGV qui traverse la France. Du Havre à Marseille.

Quand j'y repense, c'était son seul bagage au monsieur, ce ficus...

Le train qui vient d'être annoncé en fait tout un trajet... je suis content d'avoir pris le temps d'enregistrer cette scène de la vie quotidienne... Voilà un enregistrement bien inutile mais qui fera le souvenir de tous ceux qui prennent régulièrement le train.

Les gens marchent. Seuls. Par groupe de trois ou quatre... Chacun occupe le temps comme il peut jusqu'au départ de son train. Tout à l'heure ils s'occupaient par leurs propres moyens, maintenant, ils vont de boutique en boutique, s'asseyent sur un tabouret de bar pour boire un dernier café avant de monter dans le train.

Sur le banc en face de moi, un homme fait signe à une amie pour qu'elle vienne le rejoindre. Il explique qu'il est allé manger, elle dit maintenant "qu'elle est en Allemagne". Je ne sais pas de qui elle parle, je ne sais pas comment on est passé du repas de midi du garçon a l'amie de la fille qui est en Allemagne. C'est le plaisir des instants de conversation volés. Ils sont en fait quatre dans ce groupe. Deux garçons et deux filles.

Mon train est toujours indiqué voie D. J'espère qu'il ne lui prendra pas encore une fois l'envie de changer de quai au dernier moment. Cela dit, j'ai maintenant une position stratégique qui me permettra de ne pas manquer d'être informé.

La personne assise à mes côtés me regarde discrètement du coin de l'œil et me pense peut-être fou... Il faut dire que je suis dans une gare, avec un ordinateur portable sur les genoux, et que j'écris avec la luminosité de l'écran baissée au minimum, en regardant autour de moi.

Il est bientôt une heure moins le quart. Il va être le temps pour moi de commencer à m'orienter vers mon quai. Toujours le D.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.chicoprod.com
ChiCo
plume de faucon
avatar

Nombre de messages : 173
Age : 34
Localisation : Lyon ou Malakoff
Date d'inscription : 13/06/2006

MessageSujet: Re: Hypotypose au goût de voyage   Ven 25 Aoû - 1:54

Pour terminer ce que j'ai commencé, bien que, le temps passant, je me trouve sidéré par l'inintérêt de ces textes... Enfin bon...

__________

Me voilà installé dans mon train. Celui ci est arrivé au bon endroit, au bon moment. Il fait frais dans le train. Je suis côté fenêtre, pas dans le sens de la marche, dans un groupe de quatre fauteuils. A ma droite un jeune homme qui s'endort, bercé par la musique diffusée dans ses oreilles par un baladeur mp3 de marque indéterminée. En face de moi, un homme vient d'arriver, assez costaud, le visage rond, le menton en retrai. Il lit l'équipe magazine. Et en face à droit, c'est un homme âgé, d'une petite soixantaine d'année qui dispose du même ensemble journal plus supplément magazine publié par l'équipe à l'occasion, je pense, de la coupe du monde.

Ah. Mon téléphone sonne...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.chicoprod.com
clo
Admin
avatar

Nombre de messages : 1024
Localisation : In this curious place
Date d'inscription : 17/01/2006

MessageSujet: Re: Hypotypose au goût de voyage   Mer 30 Aoû - 13:14

J'ai enfin le temps de lire ce texte vu que je suis au boulot et que je m'ennuie...

J'aime bien ! J'ai toujours voulu écrire quelque chose sur les gares, les personnes que l'on y croise. Ca détend, ça rapelle des souvenirs....

J'attends la suite !



_________________
Il venait, en chantant, onze petites filles aveugles de l'orphelinat de Jules l'Apostolique - L'Ecume des Jours, Boris Vian
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pamplemoussebleu.blogspot.com
ChiCo
plume de faucon
avatar

Nombre de messages : 173
Age : 34
Localisation : Lyon ou Malakoff
Date d'inscription : 13/06/2006

MessageSujet: Re: Hypotypose au goût de voyage   Mer 30 Aoû - 14:08

Bon ben la voilà, la suite, alors...
Puisque tu t'ennuie au boulot, je suis forcé de te venir en aide Very Happy

__________

Cet appel aura été pour moi l'occasion de me rendre dans la voiture bar. Et j'ai pris la décision d'y rester. Puisque mon but est de décrire ce que je voit, je me suis dit qu'à l'heure du déjeuner, il risquait de se passer bien plus de choses dans la voiture bar que dans mon compartiment de quatre sièges.

Et effectivement, j'ai déjà aidé un petit garçon à ouvrir la porte coulissante pour qu'il puisse accéder au bar où il pourra régaler la petite faim qui le creuse.

Sont présent à l'heure actuelle dans cette voiture bar plusieurs personnes. Un jeune garçon équipé également d'un ordinateur portable qu'il n'utilise pas. Un jeune homme noir buvant une canette de thé glacé. Il porte une sorte de béret aux mailles espacées. Plus qu'un béret, c'est un chapeau léger qui me fait penser à celui de la mère des Miss France. À côté de lui, un homme que l'on pourrait qualifier d' "affaires" puisqu'il porte un costume noir élégant. Dans son dos, un autre homme d'affaire mange une salade de fruit arrosée d'un verre d'eau pétillante. Enfin il garde la salade de fruit pour plus tard : il en est encore à la salade de carottes rapées. Puis sont accoudées au bar quelques personnes qui attendent d'être servies. Parmi ces personnes, le petit garçon qui j'ai aidé tout à l'heure. Sa mère lui explique que les bleus ont gagné, c'est pas normal. Il viennent tous les deux de ressortir de la voiture. Un autre homme d'affaire, plus jeune lui, vient de récupérer sa monnaie et son plateau repas. Il s'est assis juste devant moi pour profiter de ce qu'il a acheté. El la liste des clients est encore longue. Je vois pèle-mêle une fillette de douze ans, sa mère et mon téléphone qui sonne à nouveau.

...

L'endroit est sympathiquement décoré. des lampes alternativement bleues et rouges éclairent la salle, en plus des néons. Le deuxième homme d'affaire est parti regagner sa place, celui qui m'a rejoint à tenté d'aller à l'endroit laissé vacant, mais il en est déjà revenu.

C'est un va et viens incessant de personnalités qui se déroule sous mes yeux.

Le train ralenti. Il ne semble pas qu'il y ait un problème car il garde tout de même une vitesse constante.

Le jeune homme dont j'ai parlé en premier ouvre enfin son ordinateur portable et lance la lecture d'un disque vidéo digital. C'est celui qui célèbre les cent ans de la fédération internationale de football amateur. Je n'ai jamais compris pourquoi le A de l'acronyme FIFA signifiait Amateur. Je n'ai pourtant pas l'impression que ces gens qui courent sur la pelouse soient amateurs.
A l'entendre parler au téléphone, il est musicien. Il explique a un ami comment brancher un instrument apparamment électrique à un ampli, comment brancher cet ampli à une table qui doit être de mixage.

Je lis l'inscription "CHAUD" marquée sur le verre de cette personne qui s'est installée en face de moi. Je vois également l'inscription sur le dos du T-shirt de cette jeune fille. C'est une étudiante de l'ESSEC. On y voit un premier slogan imitant celui de la chaîne de distributeur de pétrole modifié à l'usage des automobilistes. Ce slogan explique que nous ne choisirons pas leur école par hasard. En dessous, un cadre montre un homme type pictogramme sur la porte des toilettes à une pompe à essence. Enfin, en dessous, il est inscrit "ESSEC' du bonheur". Voilà le genre de calembour dont je suis friand, même s'il est d'une simplicité déconcertante.
Le collègue de la fille à commandé un croque monsieur, il est arrivé, et il flote maintenant une agréable odeur dans le bar.

Notre TGV s'est arrêté en campagne, et je n'ai même pas eu le temps de relancer l'enregistrement pour garder une trace de cette interruption. Moi qui fais la collection des messages annoncés au micro de la SNCF, en voilà un qui ne rejoindra pas ma bibliothèque. Autour de nous, il n'y a que des pins. Ou sapins. Des arbres de ce genre en fait. Je ne suis pas assez botaniste pour pouvoir vous donner un nom exacte. En tout cas, il s'agit de conifères. Ils sont à une dizaine de mètres de la voie. Entre le train et ces arbres, on trouve successivement un terrain vague, une barrière de fil barbelé et un chemin de terre. Les arbres semblent en contrebas par rapport à la route. Le type de l'ESSEC est en train de se battre avec son petit pot de glace. Le train repart, et il s'escrime pour tenter d'acceder au précieux mélange. Il y va de tous ses ongles, devant le regard indifférent de son amie qui téléphone. Il a finalement été plus fort que le plastique, et il à déjà attaqué son dessert avec sa petite cuillère qui, d'ici, semble être en bois.

Le serveur ne semble pas débordé par la quantité de personnes désireuses de se sustenter, mais il risque d'avoir les prochains quarts d'heure bien occupés.

Du côté du football, on vient d'afficher un écran de titre pour présenter une partie dédiée au footballeur phare de l'équipe de france, celui qui n'a pas pu participer aux festivités du dernier match de qualification.

Le chapeau blanc s'est rapproché de nos deux ordinateurs portables, et la fille de l'ESSEC à quitté son ami. À voir leur relation, il ne doit pas être de l'ESSEC lui. Il a simplement eu le courage, lui contrairement à d'autres, d'accoster les demoiselles qu'il croisait.

On vient de croiser deux chevaux, et l'on apprend que notre TGV entre en gare du creusot, et qu'il circule avec un retard dont je n'ai pu entendre la durée.

Une femme, l'air sévère s'est assise quelques intants à mes côtés, elle est repartie maintenant que la file d'attente à diminué. Voir tous ces gens manger me donne faim. Je craquerai bien pour une petite friandise, mais j'ai bien peur que mon budget ne soit trop limité.

C'est maintenant un homme au nokia génération 3310 qui vient s'asseoir à côté de moi, avec un gobelet portant là même inscription "CHAUD" que tout à l'heure. De ce gobelet sort une forte odeur de café qui me gêne quelque peu. Je n'aime pas le café. Mais nous sommes ici dans un espace de liberté et il est dans son droit de boire un café.

La coupe du monde de football est terminée à ma droite, la femme en rouge, celle qui m'a semblé sévère, s'est installé à côté du supportaire. Entre lui et le chapeau blanc.
À mes côtés, l'homme au café me permet de découvrir l'inscription "TOUT" marqué de l'autre côté du gobelet, formant ainsi l'ensemble "TOUT CHAUD".

Nous sommes maintenant dix sept dans cette voiture, le dix huitième vient d'entrer, c'est un homme âgé en costume gris, cheveux poivre et sel. Il s'est caché derrière un grand bonhomme en chemise a manche courtes et short qui porte une banane en bandoulière.

Le train ralenti une nouvelle fois, le témoin de charge de la batterie m'annonce une autonomie restante de seize minutes, rassurez vous, vous serez bientôt libérés de ce texte.

La voiture bar ne désempli pas de ses occupants. Il en vient plus qu'il n'en part. C'est probablement l'heure qui fait cette fréquentation. Les gens auront pensé qu'il est plus simple de manger dans le train, plutôt que de préparer rapidement un petit quelque chose à la maison, à onze heure trente.
Je viens de voir passer un iPod nano noir dans une housse de la même couleur, porté autour du cou d'un homme habillé en noir également. Une attirance particulière pour cette couleur ?

Avant même que la batterie de mon ordinateur ne rende l'âme, je m'en vais vous laisser votre liberté et prendre celle d'acheter quelque chose à manger.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.chicoprod.com
clo
Admin
avatar

Nombre de messages : 1024
Localisation : In this curious place
Date d'inscription : 17/01/2006

MessageSujet: Re: Hypotypose au goût de voyage   Mer 30 Aoû - 14:18

Super !!

Ca me donne envie de faire la même chose. Ecrire ce qu'on voit au moment même où on le voit. Voilà, l'intérêt de l'ordinateur portable (il y a aussi la feuille et le crayon, mais paradoxalement, je trouve ce procédé peu discrèt !).

Bravo Chico, c'est très simple mais c'est un très bon exercice de style.



_________________
Il venait, en chantant, onze petites filles aveugles de l'orphelinat de Jules l'Apostolique - L'Ecume des Jours, Boris Vian
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pamplemoussebleu.blogspot.com
ChiCo
plume de faucon
avatar

Nombre de messages : 173
Age : 34
Localisation : Lyon ou Malakoff
Date d'inscription : 13/06/2006

MessageSujet: Re: Hypotypose au goût de voyage   Mer 30 Aoû - 15:01

Ben merci clo Embarassed
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.chicoprod.com
Zitoun
Plume de Ptérodactyle
avatar

Nombre de messages : 475
Localisation : Etre là où ne pas être...
Date d'inscription : 17/01/2006

MessageSujet: Re: Hypotypose au goût de voyage   Mer 30 Aoû - 22:42

Vi pareil.

Je comprends ce que tu veux dire sur la discrétion de l'ordi chère Klo. C'est vrai que tu peux faire tellement de choses avec un ordi, les gens sont pas censés capter que tu écris ce qu'ils font... Bref, on s'est compris.

Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://plookissimo.blogspot.com
clo
Admin
avatar

Nombre de messages : 1024
Localisation : In this curious place
Date d'inscription : 17/01/2006

MessageSujet: Re: Hypotypose au goût de voyage   Jeu 31 Aoû - 13:19

Zitoun a écrit:
Bref, on s'est compris.

Vi on est connectés ! (attention aux murs derrière toi quand même... (private désolée))



_________________
Il venait, en chantant, onze petites filles aveugles de l'orphelinat de Jules l'Apostolique - L'Ecume des Jours, Boris Vian
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pamplemoussebleu.blogspot.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Hypotypose au goût de voyage   

Revenir en haut Aller en bas
 
Hypotypose au goût de voyage
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Larsen, Reif] L'extravagant voyage du jeune et prodigieux T.S. Spivet
» voyage interne ..
» Voyage en espagne...forfait bloqué virgin...
» Le voyage de Lapinou - Nouveauté P.4
» Carnet de voyage

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Jeux de Mots :: Atelier :: Libres-
Sauter vers: